Bas les mains: une cour d’appel interdit les fouilles d’appareils...

Même si la pandémie de COVID-19 n’est pas encore derrière nous, les Canadiens aperçoivent la lumière au bout du tunnel et commencent à planifier des activités qui leur ont manqué depuis plus d’un an, comme les voyages à l’étranger. Prendre l’avion pourrait être une expérience bien différente dans un monde post-pandémie. Un arrêt récent de […]

Le jour d’après : Les règles canadiennes en matière de...

Les atteintes locales et internationales à la protection des données continuent de faire les gros titres.

Une prise d’otages sans issue : les répercussions des rançongiciels...

Les récentes violations de données très médiatisées ont mis en lumière l’importance pour les gouvernements et les entreprises de protéger les clients, les compagnies et les renseignements personnels. En mai 2017, l’attaque du rançongiciel WannaCry s’est effectuée rapidement en touchant plusieurs cibles de première importance tant publiques que privées, partout dans le monde. WannaCry a littéralement « pris en otages » les données des compagnies et exigeait une « rançon » ou un paiement en échange de la remise de ces données1.

Êtes-vous prêts à vous conformer à la Loi canadienne anti-pourriel?

Le 4 décembre 2013, le ministre de l’Industrie, l’honorable James Moore, a annoncé que la législation canadienne sur le pourriel (la « Loi ») commencera à prendre effet le 1er juillet 2014. Cette annonce a été faite presque trois ans après que la Loi n’eût reçu la sanction royale. L’annonce de M. Moore fait suite à la mise au point des règlements sous le régime de la Loi.